Essais, Comparatifs, Guides Achat

29 juil

Achat voiture : le diesel est-il encore une bonne affaire ?

Au moment d’acheter une nouvelle voiture, le choix du carburant est une question centrale qui orientera la décision finale. Malgré une réputation ternie par des scandales de pollution, les voitures diesels restent majoritaires dans le pays avec 58% des ventes en 2015. Cependant les autres énergies, essence en tête, continuent années après années à grignoter des parts de marché. Notre guide d’achat répond pour vous aux grandes questions sur le diesel.

Voiture diesel bonne affaire

 

UNE VOITURE DIESEL EST-ELLE ÉCONOMIQUE ?

Le principal avantage d’un véhicule diesel réside dans sa faible consommation de carburant. En effet, à puissance moteur égale, un diesel moderne consomme 15% de carburant en moins, augmentant d’autant son autonomie. Si l’on ajoute un prix au litre inférieur en moyenne de 0,20€ par rapport à l’essence, le match de la consommation est largement remporté par le diesel.

Voiture diesel économie carburant

Les moteurs diesels sont également réputés plus solides et endurants dans leur conception, notamment pour une utilisation sur les grands axes routiers. À l’inverse, ils n’apprécient pas vraiment les courts trajets en ville où le temps de chauffe ne peut pas se faire correctement. Dans ces conditions, le moteur perd de son efficacité et s’encrasse plus rapidement augmentant la consommation, la pollution et le risque de panne.

Au moment de l'achat, le prix d’un véhicule diesel sera supérieur à son équivalent essence d’environ 1.500€. La différence s’explique notamment par des moteurs toujours plus technologiques pour maîtriser la consommation et réduire la pollution. Ce prix d’achat plus élevé entraîne un surcoût pour l’assurance qui varie entre 10 et 15%. Enfin, du côté de l’entretien, l’addition sera aussi plus chère pour un diesel qui demandera des opérations plus complexes (injection / filtre à particules / turbocompresseur…).

 

UNE VOITURE DIESEL EST-ELLE POLLUANTE ?

Pour répondre à cette question, il convient de différencier les moteurs modernes (à partir des années 2000) de leurs prédécesseurs qui n’étaient pas équipées de systèmes anti-pollution. Les constructeurs ont développé ces dernières années de nouvelles motorisations moins polluantes équipées par exemple d’un filtre à particules, d’une vanne EGR ou d’un système SCR. L’objectif étant de s’aligner sur les normes Euro 6 qui limitent les rejets polluants des voitures. Dès lors, on remarque que les diesels modernes font désormais jeu égal avec les motorisations essences, notamment au niveau des rejets de CO2, d’oxyde d’azote et autres particules polluantes.

Voiture diesel test pollution

Cependant, ce respect des normes anti-pollution est à nuancer en observant la manière dont elles sont calculées. Actuellement l’homologation d’un véhicule se fait par le cycle NEDC qui place la voiture sur rouleaux en laboratoire, très loin donc d’une utilisation sur route. De plus, certains constructeurs ont été amenés à truquer ces contrôles dégradant un peu plus l’image du diesel. Cette homologation va évoluer en 2017 pour passer au cycle RDE qui contrôlera dans le flot de la circulation les rejets polluants des véhicules pour assurer des mesures plus proches des conditions réelles d’utilisation.

Voiture diesel etiquette pollution

Le diesel est-il polluant ? Oui notamment aux particules fines qui ne sont pas filtrées par le FAP. D’autant plus en circulation urbaine où les conditions ne sont pas optimales pour le bon fonctionnement des systèmes anti-pollution. Attention cependant, les moteurs essences ne sont pas non plus exemplaires sur le sujet. Ils rejettent notamment bien plus de CO2 malgré l’utilisation d’un pot catalytique...

 

UNE VOITURE DIESEL EST-ELLE PLUS FACILE À REVENDRE ?

Depuis de nombreuses années, le diesel jouissait d’un aura particulier auprès des conducteurs français. La revente d’un véhicule sur le marché de l’occasion était donc aisée. Les choses ont un peu évolué depuis. La réputation du diesel est de plus en plus dégradée : affaire du DieselGate, interdiction possible de circulation dans les grandes agglomérations, augmentation des taxes sur le carburant d’ici 2020... Tous ces événements favorisent la promotion des autres carburant sur le marché de l’occasion.

Voiture diesel revente occasion

Mais le diesel n’est pas mort ! Il reste toujours le choix premier des français en occasion, notamment auprès des gros rouleurs pour son coût d’utilisation inférieur à l’essence sur des kilométrages annuels élevés. Les véhicules diesels perdent également moins vite de la valeur que la concurrence car leur cote est calculée sur un kilométrage annuel de 25.000 km contre 15.000 km pour une essence.

 

LE NERF DE LA GUERRE : LE KILOMÉTRAGE ANNUEL

Diesel, essence, énergie alternative ? Au final, chaque carburant possède ses propres avantages et inconvénients. Au delà des comparatifs, le meilleur indicateur pour trouver la bonne voiture reste le kilométrage annuel. En 2014, le kilométrage annuel moyen parcouru par les français, toute énergie confondue, était de 17.500 km. Les différentes études sur le sujet s’accordent sur des kilométrages annuels à parcourir pour rentabiliser un véhicule :

- Essence : Jusqu’à 15.000 / 20.000 km par an, pour une utilisation mixte (ville / nationale / autoroute) une voiture essence moderne reste plus viable qu’un véhicule diesel. Le prix d’achat, l’assurance et l’entretien se révélant plus économique, ils compenseront le prix du litre pour ce kilométrage annuel.

- Diesel : À partir de 20.000 / 25.000 km par an, pour une utilisation majoritairement hors agglomération (nationale / autoroute), le diesel se révèle bien plus économique que les autres énergies. Le prix du carburant à la pompe justifiant ce choix.

- Hybride : En dessous de 15.000 km par an, pour une utilisation mixte et avec un budget un peu supérieur, on peut être tenté par un véhicule hybride essence-électrique. Le moteur fonctionnera le plus souvent en électrique en ville et passera ensuite en essence dès que la vitesse augmentera. L’avantage de ce type de véhicule réside dans la recharge du moteur électrique par la récupération de l'énergie produite par le moteur thermique et le freinage.

- Électrique : En dessous de 15.000 km par an, pour une utilisation urbaine (ville et proche périphérie) et avec un budget supérieur, on peut s'offrir une voiture 100% électrique qui ne rejette aucun polluant et ne coût presque rien à recharger. Cependant, l’autonomie très faible et le manque de point de recharge sur le territoire bloquent encore le développement de ce type de véhicule.

 

Article rédigé par Bernard de BodemerAuto
Copyright des photos : Europe1 / AE Plus / Renault / L’Express

Articles associés

0 commentaire

Poster un commentaire

 

Nom :

Commentaire :